Un matin dans un bus


« Ma vie est ailleurs, je le sais, je le sens. L’appel du large (…) et quand tout le monde est rassemblé, j’explique : je m’en vais » 

Cette page du livre de Mike Horn, « Vouloir toucher les étoiles« , n’est pas sans me rappeler ce fameux jour où, en route pour mon travail à Paris, j’ai fait demi-tour. J’étais dans le bus, le même que je prenais chaque matin depuis 4 ans, qui m’emmenait devant mon écran d’ordinateur, les fesses clouées sur une chaise et la tête ailleurs.

En une fraction de seconde ma décision était prise, comme si c’était en fait une évidence, comme si d’un coup, le choix s’imposait à moi de lui-même. J’y pensais depuis quelques temps… mais qu’est-ce qui fait qu’à un moment, le déclic s’enclenche ? Pourquoi là, dans ce bus ? Je ne sais pas trop. C’était comme si d’un coup je m’étais réveillée.

Ma mère-veilleuse


Ce jour là je ne suis pas allée travailler, j’ai fait demi-tour, j’ai appelé ma maman en route et je lui ai dit « je suis en train de prendre une grande décision, une de celles qui change tout« .

Elle m’a offert son soutien sans trop comprendre. Ma mère-veilleuse.

Le lendemain j’annonçais mon départ à tout le monde. Ma vie a basculé dans ce bus.

Quelques mois plus tard je partais en voyage pour un an…

Très très très loin de moi l’idée de comparer mon expérience à l’immense aventurier Mike Horn que j’admire tant !! Mais ses mots ont raisonné en moi la nuit dernière en lisant son livre…

 

« On ne découvre pas de terres nouvelles sans consentir à perdre de vue, d’abord et longtemps, tout rivage »

André Gide

Share This