La fin d’un grand voyage


Je ne réalise pas encore. Je suis sur cette plage de sable blanc, sous les cocotiers, et ce soleil me brûle les pommettes. C’est ici, dans une petite île des Caraïbes, que je prends conscience que c’est la fin de ce grand voyage autour du monde commencé il y a presque un an… Dernière étape.

13 pays parcourus, 13 ptits bouts du monde découverts…


Je me réveille un matin embrassant la Malaisie et je m’endors un an plus tard câlinée par la Colombie…

J’ai goûté à une liberté sans frontières.

Asie mon amour, là où tout a commencé.

Tu m’as éveillé les papilles et les pupilles avec ta culture épicée et colorée ! De la Birmanie au Laos, en passant par la Thaïlande, la Malaisie et Hong Kong, des mois à te découvrir, à m’émerveiller, avec ta bienveillance et tes sourires… Des plages de rêves aux luxuriantes forêts, des temples dorés aux toges des moines orangées… Mon cœur est à toi. 

Océanie, ma belle,

Mes yeux ne se remettent pas de tant de beauté et de diversité… Des contrées sauvages d’Australie, cheveux au vent et kangourous droit devant, aux lacs et glaciers de Nouvelle-Zélande, pour finir par une échappée en Polynésie, la perle du Pacifique. Lieu de tous les paradis… Des lagons aux merveilles et des mélodies d’une culture lointaine. À jamais gravée dans ma peau.

Amérique du Sud, ma passionnée,

Tu m’as fait danser au rythme de la salsa et m’as ensorcelée avec tes mots chantant l’espagnol ! Des vastes déserts du Chili à l’étincelante Colombie, en passant par un Equateur aussi tremblant que mes mains, l’authentique Bolivie et le passionnant Pérou...
On ne ressort pas indemne, d’une expérience sud-américaine.
Et c’est ici que je vais finir ce premier long voyage en beauté…

Ce n’est qu’un commencement !


Un voyage terminé, mais une longue histoire qui va commencer entre nous ! Car j’ai encore un milliard de choses à vous partager… Sachez qu’en fait, on vient tout juste de faire connaissance cette année !

♥ “Le voyage, comme l’amour, représente une tentative pour transformer un rêve en réalité.” ♥

Alain de Botton

Share This